Remote – New York, Brooklyn, Helsinki et retour

Marc

Marc


May 5th 2014 in voyage test

3 mois de travail à distance c’est un bon début et une expérimentation que je recommande volontiers à tous. Le voyage s’achève, il est temps de faire un dernier topo. Je vous invite à lire le premier et second sur ce sujet afin de mieux apprécier ce dernier volet.

Résumé des pérégrinations

Après avoir eu la chance de vivre un vrai hiver, rencontré les auteurs de Grunt.js à Boston et les organisateurs de TEDx Grand Rapids dans le Michigan, nous avons rejoins la côte est. Histoire de boucler le triangle, passer un peu de temps avec ma soeur et sentir battre le coeur d’une mégapole.

New York puis Brooklyn en 4 semaines, coworking space ou bureaux partagés

Dans une grande ville, l’esprit communautaire du coworking space est plus difficile à obtenir. Beaucoup de coworker ne sont là que pour quelques jours et désirent simplement « get the work done ».
Dans ce contexte, pour l’avoir expérimenté, je vous conseille plutôt de louer un bureau dans une entreprise sur sharedesk.net. Ce service à la Airbnb permet de connecter les entreprises avec des places libres et freelances/travailleurs à distance en quête d’un espace de travail. Autant à Boston chez Bocoup qu’à Brooklyn chez FreeAssociation, le mélange coworker et agence donne une excellente ambiance et des échanges riches.

Productivité et décalage horaire

Ce qui à priori passe pour un inconvénient se révèle un avantage majeur. Vivre avec 6h de retard sur la Suisse m’a permis de grouper les séances, de disposer de périodes de productivité sans interruption, d’effectuer du code review sans faire patienter les développeurs. Le revers de la médaille étant pour mes collègues qui doivent s’organiser pour ne pas manquer ma fenêtre horaire. De plus, les séances au milieu de l’après-midi ne sont pas vraiment idéales. Documenter et communiquer son travail effectué et à venir est nécessaire pour ne pas avoir besoin d’attendre.

Prospection, administratif et suivi client

Une des premières remarques que l’on me fait est : « Pour coder/designer, pas d’inconvénient à être à 6000km mais concernant le suivi de projet, le contact client et la prospection c’est une autre affaire, non ? ». Il s’agissait assurément d’une inquiétude partagée avec Alberto et Gilles. Dans les faits, j’ai effectué plus de relances clients, de rédaction d’offre et de suivi de projet qu’en étant au bureau. Le contact direct étant absent, il est nécessaire d’augmenter (qualitativement) les communications par email, par téléphone et via basecamp. Pour la gestion de l’entreprise, l’heure de fermeture des administrations représente un élément bloquant.

Au niveau équipement

Hangout, hipchat et screenhero sont nos applications de choix pour les séances, discussions et pair programming. L’achat d’un micro/haut-parleur/webcam pour salle de conférence est nécessaire pour interagir avec plus de 3 personnes. Une bonne connexion est également indispensable.

Et maintenant ?

Cette expérience nous a permis d’affiner nos méthodes de travail pour pouvoir accueillir des collaborateurs à distance. Plus conscient des avantages et inconvénients de cette pratique pour ceux qui sont présents au bureau comme pour les vagabonds. La productivité étant statistiquement augmentée, permettre et encourager cette pratique est tout à fait logique.