JSDay 2016 - Jour 1

Cette année, et histoire de changer de l'ambiance anglaise d'Oxford, nous avons opté pour le climat, normalement plus clément, de Vérone.

Arrivée en début d'après-midi en gare Porta Nuova, suivie d'un petit tour dans le centre historique de la ville. Après avoir admiré les arènes romaines, foulé le sol de la Piazza Delle Erbe, donné la sérénade sous le balcon de Giulietta et enfin gravi les 582 marches du Castel San Pietro afin d'y admirer le panorama, nous avons dégusté une gelatta bien méritée.

Panorama de Verone depuis le Castel San Pietro

La première présentation des JSDay 2016 a rapidement donné le ton en présentant les incroyables possibilités du web mobile face au natif tout en nous rappelant ses fondements altruistes .

The web is not a commercial project.
@shwetank, PM of the extensions platform in Opera

Shwetank Dixit, a exposé l'importance des Progessive Web Apps en axant son approche sur quatre aspects importants; l'ajout à l'écran d'accueil, l'usage hors connexion, les capacités propres au web (URLs, SEO, accessibilité...) et la sécurité des transmissions (HTTPS uniquement). L'usage hors réseaux (offline) n'étant pas forcément l'absence de réseau, mais bien son imprédictibilité.

The best way to experiment the “offline-indian-african” network is to go on the subway.
@shwetank, PM of the extensions platform in Opera

Nous avons eu droit à un tour d'horizon sur Seneca.js par Michele Capra, une curieuse boîte à outils pour concevoir et organiser son code en microservices. L'avantage étant la concentration sur la logique métier sans se préoccuper du transport des messages et de la montée en charge.

La présentation de Jad Joubran sur l'optimisation des animations, bien que ne nous étant pas étrangère, a su apporter des éléments nouveaux tels que la propriété CSS will-change et les possibilités d'analyses offertes par le Chrome DevTools. Un petit rafraîchissement bienvenu sur les étapes de rendu effectué par le navigateur et l'importance d'éviter le “repaint” à tout prix.

De son côté, Marek Kalnik nous a exposé son point de vue suivi d'une discussion ouverte sur les différents frameworks d'applications hybrides durant les “unconferences”.

Luca Mezzalira a introduit les concepts de Functional Reactive Programming suivi d'une initiation au framework Cycle.js.

Et pour conclure cette première journée en beauté, l'enjouée Ruth John, a su démontrer l'aspect fun du JavaScript à travers son projet de “portable MIDI controlled veejaying”. En marge du “serious development”, il reste un grand potentiel au langage pour l'expérimentation et l'expression artistique.

Avant d'entamer une deuxième journée pleine de promesses, place aux pizzas et à la bière !